Buste de Joris-Karl Huysmans

Sculpté par Pierre Roche, plâtre, 48 x 20 x 30 cm, connu à 4 exemplaires (un en bronze, trois en plâtre ; celui-ci ayant appartenu à Lucien Descaves), 1898

Frontispice de « Là-Bas »

Frontispice de Là-Bas, Le Château de Tiffauges, reproduction en phototypie de la gravure de Fernand Hertemberger [sic], 1926

Justification de tirage

Le Drageoir aux Epices de J.-K. Huysmans, éditions Les Graveurs modernes, Paris, 1929

Médaille

Gravée par Charles Perron (1862-1934), bronze, diamètre 6.7 cm, frappée par la Monnaie, Paris, 1932

Portrait de Joris-Karl Huysmans

D’après le pastel de Jean-Louis Forain, Joris Karl Huysman [sic], French novelist, Feb. 5, 1848-May 2 [sic], 1907, International portrait gallery, Book tower, Detroit, 1974

Affiche

Exposition « Joris-Karl Huysmans, du naturalisme au satanisme et à Dieu » à la bibliothèque de l’Arsenal (Paris), 40 x 55.5 cm, du 07 juin 1979 au 22 juillet 1979

Carnet parcours du musée d’Orsay

N° 17, une visite avec Huysmans, éditions de la Réunion des musées nationaux, Paris, 1989

Livre CD audio

Les Similitudes de Joris-Karl Huysmans (in Les Décadents), lecture de Bernard PETIT, éditions Autrement dit, 2003

Les Grünewald du musée de Colmar

D’après Joris-Karl HUYSMANS, Patrick Morell, vidéogramme encodé à partir d’une cassette VHS sur un DVD, productions du Sommeil – Philippe Fredet, 2004

Timbre vignette

Consacré à l’Exposition universelle de Paris de 1889 émis par la République de Guinée, 10 x 17.5 cm, 2009

Minizza, « A Rebours »

« Based on the Joris-Karl Huysman’s novel of the same name (1884) », CD audio, Brocoli n° 14, 2013

Ex-libris

La grande place de Bruxelles de Joris-Karl Huysmans, in Le Drageoir aux épices, éditions des Pas perdus, 2019

Avec envoi des éditeurs

Plaquette

Exposition « Huysmans, de Degas à Grünewald sous le regard de Franceso Vezzoli » au musée d’Orsay (Paris) + autorisation d’accès au musée, 16 décembre 2019

Affiche

Exposition « Huysmans de Degas à Grünewald. Sous le regard de Francesco Vezzoli, musée d’Orsay » (Paris), 40 x 60 cm, du 26 novembre 2019 au 1er mars 2020

Programme

Des expositions Orsay / Orangerie, Joris-Karl Huysmans critique d’art. De Degas à Grünewald sous le regard de Francesco Vezzoli, Musée d’Orsay, pp. 14-15, saison 2019-2020

Programme

Des expositions Orsay / Orangerie, Joris-Karl Huysmans critique d’art. De Degas à Grünewald sous le regard de Francesco Vezzoli, Musée d’Orsay, pp. 2-3, printemps 2020

Livre CD audio

A Rebours de Joris-Karl HUYSMANS, lecture de Marc Hamon, livre CD audio, éditions Le Livre qui parle, 2020

Invitation

Inauguration de l’exposition « L’Œil de Huysmans : Manet, Degas, Moreau… », Musée d’Art contemporain de Strasbourg (03.04.2020-19.07.2020), jeudi 2 avril 2020  

Avec cachet du Musée d’Orsay             

Affiche

Exposition « L’œil de Huysmans, Manet, Degas, Moreau… » au musée d’Art moderne et contemporain (Strasbourg), 29.5 x 42.5 cm, 03.04.2020-19.07.2020

Mug

Zazzle, 8 x 9.7 cm, 2020

Portrait de Joris-Karl Huysmans

Laurent Greder, huile et acrylique sur toile, 50 x 50, 2020

Echantillons de parfums Lubin

Présentés lors de l’exposition « L’œil de Huysmans, Manet, Degas, Moreau… » au musée d’Art moderne et contemporain (Strasbourg), du 03.04.2020 au 19.07.2020 :

– Opoponax,

– Eau de Frangipane,

– Parfum White-Rose,

– Héliotrope,

– New Mown-Hay,

– Patchouli.

Plaquette

Annonçant le cycle de 5 conférences sur Joris-Karl Huysmans à l’Auditorium des musées, éditions de l’Eurométropole Strasbourg, 2021

Plaquette

Exposition « L’œil de Huysmans, Manet, Degas, Moreau… » au musée d’Art moderne et contemporain (Strasbourg), du 02 octobre 2020 au 17 janvier 2021

Marque-page

Exposition « L’œil de Huysmans, Manet, Degas, Moreau… » au musée d’Art moderne et contemporain (Strasbourg), du 02 octobre 2020 au 17 janvier 2021

Affiche

Exposition « L’œil de Huysmans, Manet, Degas, Moreau… » au musée d’Art moderne et contemporain (Strasbourg), 119 x 175 cm, du 02 octobre 2020 au 17 janvier 2021,

Affiche

Exposition « L’œil de Huysmans, Manet, Degas, Moreau… » au musée d’Art moderne et contemporain (Strasbourg), 29.5 x 42.5 cm, du 02 octobre 2020 au 17 janvier 2021

Affiche

Exposition « Huysmans’ Blick, Manet, Degas, Moreau… » au Museum für moderne und zeitgenössische Kunst (Strasbourg), 29.5 x 42.5 cm, du 02 octobre 2020 au 17 janvier 2021

Plaquette

Randonnée « sur les pas de Huysmans », associations Les amis de Lourps et Les après-midi de Saint Loup, mairie de Longueville, 30 octobre 2021

Affiche

« Huysmans à Lourps », associations Les amis de Lourps et Les après-midi de Saint Loup, mairie de Longueville, 42 x 29.7 cm, 30 octobre 2021

Livret

« Joris-Karl Huysmans », associations Les amis de Lourps et Les après-midi de Saint Loup, mairie de Longueville, 30 octobre 2021

CD-R et partitions

A Rebours, Thomas Oboe Lee, 6 extraits d’ « A Rebours » de Joris-Karl Huysmans adaptés pour ténor (Ethan DePuy) et piano (Tae Kim), 2021

               Avec envoi du compositeur

Communiqué de presse

Exposition de Sabine Pigalle  « Contes à rebours, variation autour de l’œuvre de Joris-Karl Huysmans » (Paris), 02.12.2021-15.01.2022

Carte postale

Exposition de Sabine Pigalle  « Contes à rebours, variation autour de l’œuvre de Joris-Karl Huysmans » (Paris), 02.12.2021-15.01.2022

Affiche

« Actualités huysmansiennes, miscellanées en hommage à Jean-Marie Seillan », 29.7 x 42 cm, campus Carlone, université Cote d’Azur, Nice, 04.05.2022-06.05.2022

Portrait vignette

Collection Chocolat Guérin-Boutron, n° 546, J.-K. Huysmans, 10 x 6 cm, sd

Portrait vignette

Huysmans, 2ème collection Félix Potin, 4 x 7.5 cm, sd

Ex-libris

Huysmans Villiers de l’Isle Adam, éditions Michel Lestrade, 7.9 x 10.3 cm, sd

Marque-page

Olleschau n° 871, Jorris-Karl Huysmans [sic], 14 x 5.5 cm, sd

J.-K. Huysmans woodcut 1907

Carte postale

Zazzle, 10.4 x 13.9 cm, non circulée, 2020

Huysmans

Carte postale

Huysmans, P. L. Paris, 9 x 13.9 cm, non circulée, av. 1903

Huysmans

Carte postale

Huysmans, P. L. Paris, 9 x 13.9 cm, circulée, av. 1903

Portraits de Albert Guillaume, Georges de Porto-Riche et Joris-Karl Huysmans

Carte postale

Annales politiques et littéraires, 8.5 x 14 cm, non circulée, ap. 1903

Cour du musée Plantin (Anvers)

Carte postale

Anvers n° 124, cour du musée Plantin, 9 x 13.9 cm, non circulée, ap. 1903

——— ——— ———

« Au musée Plantin, on a habillé des gardiens à la mode du temps de Plantin, toque, justaucorps et culotte courte brune – savates. Une vraie chienlit ! » (Joris-Karl Huysmans, Notes de voyage, 1903)

Rue du marécage (Bruges)

Carte postale

Bruges, rue du marécage, Nels, Bruxelles, série 12 n° 97, 8.8 x 13.8 cm, non circulée, av. 1903

——— ——— ———

« 36 rue du marécage – près de cette église St Jacques, sur une petite place – maison close, a des volets jaunes, la couleur des maisons exécrées au Moyen-Age… » (Joris-Karl Huysmans, Carnet de notes de voyage, 1897)

Chapelle du Saint-Sang (Bruges)

Carte postale

Bruges, Intérieur de la chapelle du Saint-Sang, série 11 n° 25, éditeur Albert Sugg à Gand, 9 x 14 cm, circulée, av. 1903

——— ——— ———

« La chapelle du Précieux Sang est sans intérêt au-dedans » (Joris-Karl Huysmans, Carnet « Belgique et Hollande, fin 7bre et commencement 8bre 1897 », sd)

Chapelle du Saint-Sang (Bruges)

Carte postale

Bruges, Intérieur de la chapelle du Saint-Sang, série 11 n° 25, éditeur Albert Sugg à Gand, 9 x 14 cm, non circulée, av. 1903

——— ——— ———

« La chapelle du Précieux Sang est sans intérêt au-dedans » (Joris-Karl Huysmans, Carnet « Belgique et Hollande, fin 7bre et commencement 8bre 1897 », sd)

Chapelle du Saint-Sang (Bruges)

Carte postale

Bruges, La Chapelle du Saint-Sang n° 9, ND phot., 9 x 13.5 cm, circulée, av. 1903

Chapelle du Saint-Sang (Bruges)

Carte postale

Bruges, La Chapelle du Saint-Sang, Stengel & Co, Dresde, 6610, 8.9 x 13.8 cm, non circulée, av. 1903

Hôtel le Panier d’Or (Bruges)

Carte postale

Bruges, Maisons de la Grande Place, Colllections ND Phot, n° 25, 9 x 14 cm, circulée, av. 1903

Hôtel le Panier d’Or (Bruges)

Carte postale

Bruges, Vieilles maisons de la Grand Place et Monument « Breydel et De Coninck », Star, n° 818, Heliotypie De Graeve, Gand, 9 x 13.8 cm, non circulée, ap. 1903

——— ——— ———

« Hôtel effroyablement médiocre – le Panier d’Or, je crois. » (Joris-Karl Huysmans, Carnet « Belgique et Hollande, fin 7bre et commencement 8bre 1897 », sd)

Chaire de la cathédrale Saints-Michel-et-Gudule (Bruxelles)

Carte postale

Bruxelles, la Chaire de Sainte-Gudule, 8.8 x 13.8 cm, circulée, av. 1903

——— ——— ———

« Je me suis réfugié à Sainte-Gudule. (…) Je vais admirer la chaire sculptée par Verbruggen d’Anvers, mais le suisse, qui s’incline devant l’autel, contrit, et la pointe de sa hallebarde en bas, se relève et, rogue, m’invite à sortir, l’église ne pouvant être visitée pendant les offices. » (Joris-Karl Huysmans, Carnet d’un voyage à Bruxelles (in Le Musée des deux mondes), 15 novembre 1876)

Manneken-Pis (Bruxelles)

Carte postale

Brussels – Manneken-pis. It is said that Manneken-Pis’ actual statuette was offered by a rich citizen, to stand on the spot where he found his son, lost since five days, and busy doing… what Manneken-Pis still does, Vereenigde Gravuur Postkaart-fabriek, Brussel, 9 x 13.7 cm, non circulée, ap. 1903

——— ——— ———

« J’ai, maintes fois, salué le mignon poupin de bronze, le Manneken-Piss. » (Joris-Karl Huysmans, Carnet d’un voyage à Bruxelles (in Le Musée des deux mondes), 15 novembre 1876)

Notre-Dame de l’Epine (à proximité de Châlons-sur-Marne)

Carte postale

Notre-Dame de l’Epine (à 8 kil. de Châlons-sur-Marne), Coèx. Edit., Châlons-sur-Marne, 9 x 14 cm, circulée, av. 1903

——— ——— ———

« L’église de L’Epine, un petit village près de Châlons. Cette église a été autrefois bâtie pour conjurer les vénéfices que l’on pratiquait à l’aide d’épines qui poussaient dans ce pays et servaient à transpercer des images découpées en forme de cœur. » ((Joris-Karl Huysmans, Là-Bas (ch. XVII), 1891)

Cathédrale (Chartres)

Carte postale

Chartres n° 35, La Cathédrale, Chapelle de Notre-Dame-Sous-Terre, L.L., 8.8 x 13.8 cm, circulée, ap. 1903

——— ——— ———

« Un sacristain s’introduisit par une petite porte ouverte dans l’autre aile du transept, alluma les cierges du maître-autel et des chapelets de cœurs en vermeil étincelèrent dans la demi-lune, tout le long des murs, auréolant, avec le feu des cierges qu’ils réverbéraient, une statue de Vierge, rigide et obscure, assise avec un enfant sur ses genoux. C’était la fameuse Notre-Dame de Sous-Terre ou plutôt sa copie, car l’original avait été brûlé en 1793, devant le grand portail de l’église, au milieu d’une ronde en délire de sans-culottes. » (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale (ch. IV), 1898)

Cathédrale (Chartres)

Carte postale

Cathédrale de Chartres, la Vierge et l’enfant (XIVè siècle) n° 989, ND Phot., 8.8 x 13.9 cm, non circulée, ap. 1903

——— ——— ———

« Durtal déambulait dans le pourtour, stationnait devant une petite Vierge de pierre, nichée au bas de l’escalier qui conduit à la chapelle de saint Piat, bâtie, en hors d’œuvre, derrière l’abside, au quatorzième siècle. Cette Vierge, qui datait, elle aussi, de cette époque, se reculait, s’effaçait dans l’ombre, loin des regards, cédait, déférente, les places d’apparat aux Madones âgées.

Elle tenait un bambin jouant avec un oiseau, en souvenir, sans doute, de cette scène des évangiles apocryphes de l’Enfance et de Thomas l’Israélite, qui nous montre l’enfant Jésus s’amusant à modeler des oiseaux avec de la terre et à les animer, en soufflant dessus. » (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale (ch. XIII), 1898)

Cathédrale (Chartres)

Carte postale

Cathédrale de Chartres, fragment du tour de Chœur (XVIè siècle) n° 34, ND, Lévy et Neurdein réunis, 44 rue Letellier, Paris, 8.6 x 13.7 cm, non circulée, ap. 1903

——— ——— ———

« Parmi les sculptures qui cernent le pourtour du chœur de cette basilique, figure le groupe de la Circoncision, saint Joseph tenant le bambin, tandis que la Vierge prépare un linge et que le grand prêtre s’approche pour opérer l’enfant. Et il s’est trouvé un sacriste effaré, un sacerdote épimane, pour juger cette scène libertine et coller un morceau de papier sur le ventre de Jésus ! L’impudeur de Dieu, l’obscénité de l’enfant à peine né, c’est un comble ! » (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale (ch. XI), 1898)

« La dernière fois que je fus dans cette adorable cathédrale de Chartres, je vis ce comble de pudeur : Dans les admirables sculptures du XVè siècle qu’elle renferme, figure une scène de Circoncision. Le Clergé de Chartres a trouvé ingénieux de coller un morceau de papier sur le ventre de Jésus !! Après celle-là, il faut, n’est-ce pas ? tirer l’échelle. » (Joris-Karl Huysmans, lettre à Pol Demade, 28 novembre 1895)

Cathédrale (Chartres)

Carte postale

Chartres n° 500, La Cathédrale, l’Ange du Méridien (détail), ND Phot, 9 x 13.8 cm, non circulée, ap. 1903

——— ——— ———

« Cet ange nimbé, les pieds nus, sous un dais, la poitrine couverte par un cadran de pierre, à quoi répond-il, que fait-il ? (…) Il regarde au-dessus de nous et l’on se demande s’il est ou très impur ou très chaste. Le haut du visage est candide, les cheveux sont taillés en rondelle, la figure est imberbe, la mine monastique ; mais entre le nez et les lèvres, descend une pente spacieuse et la bouche, fendue en coup de sabre, s’entr’ouvre en un sourire qui finit, quand on le scrute avec soin, par devenir un tantinet gouailleur, un tantinet canaille, et l’on s’interroge pour savoir devant quelle sorte d’ange l’on se trouve. Il y a chez cet être du mauvais séminariste et aussi du bon postulant. Si le statuaire employa comme modèle un jeune moine, il n’a certainement pas choisi un doux novice semblable à celui qui servit sans doute de sujet d’étude au sculpteur du Joseph installé sous le porche Nord ; il a dû prendre l’un de ces religieux gyrovagues qui inquiétaient tant saint Benoît. Singulier personnage que cet ange (…) qui anticipe de plusieurs siècles sur les types séraphiques si inquiétants de la Renaissance ! » (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale (ch. XIII), 1898)

Cathédrale (Chartres)

Carte postale

Cathédrale de Chartres n° 288, Portail Nord (XIIIè siècle), Saint Jean-Baptiste, éditions Houvet, Chartres (E.-et-L.), reproduction interdite, 10.3 x 14.7 cm, non circulée, ap. 1903

——— ——— ———

« Quelle maîtrise se révèle dans cette face creuse, émaciée, aussi expressive que les autres sont mornes. Lui, sort du convenu et de la redite. Il se dresse, doux et farouche, avec sa barbe en dents de fourchette tordues, son maigre corps, son vêtement en poils de chameaux ; et on l’entend, il parle, alors qu’il montre l’agneau soutenant une croix hastée, enfermé dans un nimbe qu’il serre contre sa poitrine, de ses deux mains ; cette statue-là est superbe » (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale (ch. XI), 1898)

Cathédrale (Cologne)

Carte postale

Cologne, la Cathédrale, 8.8 x 13.8 cm, non circulée, av. 1903

——— ——— ———

« Il était arrivé sur la grand’place, décorée par les enseignes des Farina, devant la fameuse cathédrale ; et il avait bien dû s’avouer que cette façade, que cet extérieur était un ressemelage et un leurre. Tout était retapé, tout était neuf ; et cette basilique n’arborait aucune sculpture sous ses évents ; elle était symétrique et bâtie au cordeau ; elle offensait par ses contours secs, par ses lignes dures. » (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale (ch. XII), 1898)

Mausolée Jean et Marguerite de Bavière (Dijon)

Carte postale

Dijon n° 98, le Musée, le Tombeau de Jean-sans-Peur et de Marguerite de Bavière, les Anges, L. L., Levy fils & Cie, Paris, 9 x 13.7 cm, non circulée, ap. 1903

——— ——— ———

« Le chef des époux était appuyé sur des coussins et leurs extrémités sur les reins serviables de petits lions ; et des anges s’agenouillaient derrière eux, les ailes grandes ouvertes, présentant, l’un le casque du duc, l’autre l’écu armorié de la princesse. » (Joris-Karl Huysmans, L’Oblat (ch. VIII), 1903)

Eglise Notre-Dame (Dijon)

Carte postale

Gargouilles de Notre-Dame de Dijon avec « la prière » de Joris-Karl Huysmans (extrait de L’Oblat), imprimerie Louys Bauer, Dijon, 9 x 14 cm, non circulée, ap. 1903

——— ——— ———

« Une vraie femme, priant, affolée, les mains jointes, une figure de terreur et de foi, prisonnière dans cette ménagerie de larves, implorant les prières des passants, suppliant, éperdue, qu’on l’aide à se sauver, à trouver grâce. » (Joris-Karl Huysmans, L’Oblat (ch. V), 1903)

Eglise Notre-Dame (Dijon)

Carte postale

Dijon n° 10, l’Eglise Notre-Dame, L. L. 8.8 x 13.8 cm, non circulée, ap. 1903

——— ——— ———

« [Notre-Dame] ne ressemblait à aucune autre, avec ses deux étages d’arcatures, formant des galeries ajourées, au-dessus des trois baies profondes du grand porche. Et des files de grotesques se succédaient, à chaque étage, en de larges frises, des grotesques réparés et même complètement refaits, mais très habilement, par un artiste ayant eu vraiment le sens du Moyen-Age. Il était assez difficile, à la hauteur où ils se démenaient et, faute d’un recul suffisant, de les bien voir ; l’on discernait néanmoins, ainsi que dans l’habituel troupeau des monstres nichés sur les tours des cathédrales, les deux séries, mal délimitées, des démons et des hommes. » (Joris-Karl Huysmans, L’Oblat (ch. V), 1903)

Peuplier noir (Dijon)

Carte postale

Dijon n° 76, Jardin de l’Arquebuse (le Peuplier noir), 9 x 14 cm, circulée, av. 1903

——— ——— ———

« Le matin, quelques bonnes tricotaient près d’un gigantesque peuplier dont le tronc creux s’ouvrait en une grotte de bois, au ras du sol. Cet arbre, qui figurait sur d’anciennes vues cavalières de Dijon, bombait une carapace d’éléphant rogneux, cerclée de bandages, corsetée de fonte, étayée par des béquilles, retenue par des fils de fer, dans tous les sens. » (Joris-Karl Huysmans, L’Oblat (ch. XII), 1903)

« Puis, le fameux peuplier noir – âge cinq cents ans, circonférence de douze mètres – au ras du sol. Le bas est creux, vide. Il est corseté dans des anneaux de fer, retenu de toutes parts. Une orthopédie soutient sa carapace rugueuse de vieil éléphant rogneux ; du lierre monte a mi-corps. » (Joris-Karl Huysmans, Notes sur Dijon, 1901)

Tête de Christ du calvaire du puits de Moïse (Dijon)

Carte postale

Dijon, Puits de Moïse (XIVè siècle), tête de Christ du calvaire surmontant autrefois le monument. Cette tête est actuellement conservée au Musée de la Commission des Antiquités, éditions P. P. 13, 9 x 13.8 cm, non circulée, ap. 1903

——— ——— ———

« J’ai vu au musée la tête retrouvée du Christ ; elle est correcte, d’un art déférent, d’une expression pathétique, d’une dévotion sonore, mais elle n’est pas supraterrestre, elle n’est pas divine. » (Joris-Karl Huysmans, L’Oblat (ch. XII), 1903)

Statue Garibaldi (Dijon)

Carte postale

Dijon n° 75, statue Garibaldi, 9 x 14 cm, non circulée, ap. 1903

——— ——— ———

« Pour comble, une statue de cette bruyante ganache de Garibaldi s’élevait, évoquant, dans le coin d’un carrefour pacifique, le souvenir d’un chienlit de guerre, ignoble. » (Joris-Karl Huysmans, L’Oblat (ch. V), 1903)

Fontenay-aux-Roses

Carte postale

Fontenay-aux-Roses , La rue des écoles, n° 2, CM, 9 x 14 cm, circulée, ap. 1903

——— ——— ———

« Il fouilla les environs de la capitale, et découvrit une bicoque à vendre, en haut de Fontenay-aux-Roses*, dans un endroit écarté, sans voisins, près du fort : son rêve était exaucé » (Joris-Karl Huysmans, A Rebours (Notice), 1884)

* Joris-Karl Huysmans résida 3 rue des écoles à Fontenay-aux-Roses, du 15 juillet au 8 octobre 1881

Le Roemer (Francfort)

Carte postale

Frankfurt a. M., Römer, Frankfurter Lichtdrukanstalt Frankfurt a. M., 8.8 x 13.8 cm, circulée, ap. 1903

——— ——— ———

« Là, s’étend une place, bordée de curieuses maisons aux toits en dents de scie, en marches d’escaliers, en éteignoirs et qui fait songer, en moins intéressant et en plus petit, à la grand’place de Bruxelles; c’est le Roemer. L’Hôtel de Ville, très réparé et peut-être trop orné de statues glacées d’or, remonte aux âges germaniques de l’art; il surgit, charmant, avec ses croisées géminées, ses portes ogivales, ses hauts pignons à redans. Ce qu’il apparaît amical, alors que l’on s’est échappé de la troupe alignée des bâtisses neuves! » (Joris-Karl Huysmans, Francfort-sur-le-Mein (in Trois Primitifs), 1905

Vue générale (Grenoble)

Carte postale

Grenoble n° 564, vue générale et la chaîne des Alpes, 8.8 x 13.8, circulée, ap. 1903

——— ——— ———

« Elle [Grenoble] lui déplut, car elle sentait le placard et le vieux biscuit, puait la province. (…) Mais ce qui ajoutait à l’impression maussade, c’était sa situation même ; bâtie au fond d’une cuvette, Grenoble était entourée par des montagnes. (…) C’était énorme et c’était terne, ces masses n’avaient pas l’air d’être vraies ; on eut dit qu’elles étaient repoussées dans du carton et peintes à la grosse, comme des jouets démesurés d’enfants. Elles paraissaient arrêter le ciel, n’en laisser passer qu’une très petite partie ; elles semblaient écourter l’horizon, étouffer la ville. » (Joris-Karl Huysmans, Là-Haut, 1892-1893)

Abbaye du Val (Igny)

Carte postale

Abbaye Notre Dame d’Igny n° 12 par Emile Nugue, le miroir et la croix de Huysmans (photo véritable), éditions de Massy, Arcis-le-Ponsart (Marne), 10.5 x 14.5 cm, circulée, ap. 1903

——— ——— ———

« Il (…) atteignit la pièce d’eau qu’il avait entrevue, la veille ; devant elle se dressait la formidable croix qu’il avait distinguée de loin du haut de la voiture, dans les bois, avant que d’arriver à la Trappe. Elle était plantée en face du monastère même et tournait le dos à l’étang ; elle supportait un Christ du dix-huitième siècle, grandeur nature, en marbre blanc. » (Joris-Karl Huysmans, En Route (2ème partie, ch. II), 1895)

Chemin de Croix (La Salette)

Carte postale

Pèlerinage de la Salette, le lieu de l’Apparition et le Chemin de Croix, n° 5515.4, A. Hourlier, 5 rue Génissieu, Grenoble, 9 x 14 cm, circulée, ap. 1903

——— ——— ———

« Et ces 3 groupes étaient rejoints, les uns aux autres, par des croix qui portaient des médaillons de bronze sur lesquels étaient figurées les 14 stations des chemins de croix. Du coup ! Les Bouasse-Lebel, les Froc-Robert, tous les margougnats de la piété, tous les bas commerçants du quartier St-Sulpice étaient dépassés ! Leurs officines regorgeaient de chefs d’œuvre, en comparaison de ces monstrueuses statues imaginée par un Barrême d’Angers et fondues dans les usines à locomotives du Creusot. » (Joris-Karl Huysmans, Là-Haut, 1892-1893)

Groupe de la Vierge (La Salette)

Carte postale

Pèlerinage de La Salette (Isère), 1. la Vierge en pleurs, phototypie A. Bergeret et Cie, Nancy, 8.9 x 13.8 cm, non circulée, av. 1903

——— ——— ———

« L’un [des trois groupes] représentait une cuisinière endimanchée, accoutrée d’un tablier et d’oripeaux, coiffée d’une sorte de moule à pâtisserie, qui pleurait à genoux, la face dans ses mains. C’était la Vierge » (Joris-Karl Huysmans, Là-Haut, 1892-1893)

Groupe de l’Assomption (La Salette)

Carte postale

Pèlerinage de la Salette (Isère), Assomption de la Vierge (Bronze), 8.8 x 13.7, circulée, av. 1903

——— ——— ———

« Le troisième [groupe] enfin se composait toujours de la même personne, mais seule, cette fois, debout, les bras croisés, les yeux au ciel, l’air inspiré comme au théâtre. » (Joris-Karl Huysmans, Là-Haut, 1892-1893)

Notre-Dame (La Salette)

Carte postale

Pèlerinage de Notre-Dame de la Salette en Hiver – Vue Générale, propriété exclusive des Chapelains, 9 x 13.9 cm, circulée, ap. 1903

——— ——— ———

« Imaginez un plateau cerné de précipices, entouré de montagnes encore plus hautes au-dessus desquelles flamboient les neiges éternelles. A la Sallette [sic], la végétation ne pousse plus ; aucun arbre, les fleurs se meurent, les oiseaux se taisent. C’est partout des rocs de pierre ponce, avec un peu d’herbe, un tapis de billard sale. Ce plateau (…) est d’une tristesse à faire pleurer. » (Joris-Karl Huysmans, Lettre à Gustave Boucher, 19 août 1891)

Notre-Dame (La Salette)

Carte postale

La Basilique N.-D. de la Salette (1770 m.), 163 – héliogravure, Martinotto frères, 9.1 x 14.3 cm, circulée, ap.1903

——— ——— ———

« L’église avec ses couvents de chaque côté est bâtie sur une montagne dont la cime est plate et qui séparée par des précipices de montagnes plus hautes. Ca ressemble à quoi ? fit-elle, en cherchant, tenez, imaginez un petit pain de sucre, écorné du bout et sur la plateforme duquel on aurait posé des maisonnettes. » (Joris-Karl Huysmans, Là-Haut, 1892-1893)

Notre-Dame (La Salette)

Carte postale

Pèlerinage de N.-D. de la Salette, lieux de l’Apparition, Sanctuaire de la Salette (Isère), cliché Schnydrig (M. S.), propriété exclusive des missionnaires de N.-D. de la Salette, 10.1 x 14.5 cm, circulée, ap. 1903

——— ——— ———

« Ici ! la Vierge s’est choisi un milieu vraiment assorti à ses tortures, un site désolé, difficile à gravir pour les infirmes, un trou isolé dans un dur climat, loin des trains et loin des villes ! par cela même Elle a évidemment voulu que La Salette ne devint pas un pèlerinage aussi populaire que celui de Lourdes. » (Joris-Karl Huysmans, Là-Haut, 1892-1893)

Village et abbaye Saint-Martin (Ligugé)

Carte postale

Le Bourg et l’abbaye Saint-Martin n° 2 (vue du Château Martignac), série B, Ligugé (Vienne), 9 x 13.5 cm, circulée, ap. 1903

——— ——— ———

« Le village, vous l’avez vu, au sortir de la gare ; il se compose d’une rue et de quelques chemins bordés de chaumines ; il contient environ deux cents feux, possède une boutique de boucher, une de boulanger, une d’épicier débitant du tabac et de la mercerie ; telles sont les ressources ; les denrées s’y présentent, sinon onéreuses, au moins exécrables et il est nécessaire de se rendre, pour s’approvisionner, à Dijon*, toutes les semaines. » (Joris-Karl Huysmans, L’Oblat (ch. II), 1903)

* J.-K. Huysmans a transposé l’action située à Ligugé dans la région dijonnaise.

Abbaye Saint-Martin (Ligugé)

Carte postale

Abbaye Saint-Martin n° 12, Ligugé (Vienne), la bibliothèque, salle centrale, Levy et Neurdein réunis, 44 rue Letellier, Paris, 8.5 x 13.8 cm, circulée, ap. 1903

——— ——— ———

« La bibliothèque du cloître qui contenait près de trente mille volumes l’occupait suffisamment pour qu’il ne pût s’ennuyer. » (Joris-Karl Huysmans, L’Oblat (ch. I), 1903)

«  La porte de la bibliothèque était ouverte ; l’on plongeait du palier dans une enfilade de pièces, très élevées de plafond, pleines, du haut en bas, de volumes. Le long des rayons en bois blanc, des échelles à roulettes couraient. » (Joris-Karl Huysmans, L’Oblat (ch. XIV), 1903)

Abbaye Saint-Martin (Ligugé)

Carte postale

Abbaye Saint-Martin – Ligugé (Vienne), la bibliothèque (salle centrale), 9 x 14 cm, non circulée, ap. 1903

——— ——— ———

« Puis, il [Dom Besse] nous [Joris-Karl Huysmans et l’auteur] menait à la bibliothèque, grande, très belle, se développant dans une suite de hautes salles claires garnies circulairement de petits balcons intérieurs, et pouvant contenir cinquante mille volumes » (Maurice Talmeyr, A Ligugé (in Le Matin), 3 juin 1901)

Abbaye Saint-Martin (Ligugé)

Carte postale

Abbaye Saint-Martin de Ligugé (Vienne), entrée du monastère, 9 x 14 cm, circulée, ap. 1903

Abbaye Saint-Martin (Ligugé)

Carte postale

Abbaye Saint-Martin, Ligugé (Vienne), la salle du chapitre, éditions de l’abbaye Saint-Martin, Ligugé, 10.4 x 14.8 cm, non circulée, ap. 1903

——— ——— ———

«  La salle du chapitre, une vaste pièce, plafonnée de poutres, garnie, le long de ses murs, de simples bancs, occupée au bout par la cathedra élevée de quelques marches et au-dessus de laquelle était cloué un crucifix. Deux tabourets étaient placés de chaque côté de ce trône. » (Joris-Karl Huysmans, L’Oblat (ch. XIV), 1903)

Abbaye Saint-Martin (Ligugé)

Carte postale

Abbaye Saint-Martin, Ligugé (Vienne), le réfectoire, 9 x 14 cm, non circulée, ap. 1903

——— ——— ———

« Le réfectoire était une pièce immense avec plafond à poutrelles posé sur des consoles curieusement ouvragées de marmousets et de fleurs. » (Joris-Karl Huysmans, L’Oblat (ch. III), 1903)

«  Vous déjeunez demain à l’Abbaye… Vous y êtes invité, et vous y verrez l’hospitalité bénédictine. Elle est de règle dans l’Ordre et un étranger ne vient jamais ici sans que l’Abbé l’invite. Il y a toujours, au repas de midi, une table réservée aux hôtes, et tout un cérémonial pour leur réception. Un Père, à l’entrée du réfectoire, leur présente un bassin pour le lavement des mains, et l’Abbé leur verse lui-même l’eau dans une aiguière… Mais vous verrez… Vous verrez… » (Joris-Karl Huysmans cité par Maurice Talmeyr, Du Parnasse au Calvaire (in Souvenirs d’avant le déluge 1870-1914), 1927)

Villa Notre-Dame (Ligugé)

Carte postale

Poitou (Vienne) n° 224, De Poitiers à Angoulême, Ligugé. La maison Notre-Dame, où le célèbre écrivain J.-K. Huysmans vécut et écrivit « L’Oblat », collection du pays poitevin, G.B., N, édition K.F. Paris, 8.8 x 14.1 cm, circulée, av. 1903

——— ——— ———

« J’aimais Ligugé, j’aimais la vie calme et solitaire que je menais dans ma maison, auprès du monastère. J’y avais des amis et mes journées se passaient auprès d’eux. » (Interview accordée à Jean Dolone pour La Presse, 22 décembre 1903)

Villa Notre-Dame (Ligugé)

Carte postale

Villa Notre-Dame, Ligugé, ancienne résidence Huysmans, 8.8 x 14 cm, circulée, ap. 1903

——— ——— ———

« Il imagina d’y adjoindre un perron qui est un semblant de cloître dont les colonnes sont ornées un peu puérilement d’attributs empruntés à la tradition bénédictine. » (Maurice Garçon, D’un prompt oubli (in Cahiers J.-K. Huysmans n° 21), 1949)

Villa Notre-Dame (Ligugé)

Carte postale

Villa Notre-Dame – Ancien château Huismans [sic], 9 x 14 cm, non circulée, ap. 1903

——— ——— ———

«  Il habitait près du couvent, à portée de ses carillons, une assez jolie maison précédée d’un petit péristyle où grimpaient des plantes, et d’où l’on avait vue sur le bourg en même temps que sur un vallon vert tout miroitant de ruisseaux courant par les prés entre des rideaux d’arbres. » (Maurice Talmeyr, Du Parnasse au Calvaire (in Souvenirs d’avant le déluge 1870-1914), 1927)

Villa Notre-Dame (Ligugé)

Carte postale

Ligugé (Vienne), maison Huysmans, Libr. De l’Abbaye Saint-Martin, Ligugé, 9 x 14 cm, non circulée, ap. 1903

Villa Notre-Dame (Ligugé)

Carte postale

La maison Huysmans, n° 6035 Abbaye Saint-Martin, éditions de l’abbaye Saint-Martin de Ligugé, 9 x 14 cm, non circulée, ap. 1903

Villa Notre-Dame (Ligugé)

Carte postale

Maison Huysmans – Ligugé (Vienne), librairie de l’abbaye Saint-Martin de Ligugé, 8.8 x 14 cm, non circulée, ap. 1903

Villa Notre-Dame (Ligugé)

Carte postale

Maison Huysmans Ligugé, Jules Robouchon, Poitiers, 9 x 14 cm, non circulée, ap. 1903

Villa Notre-Dame (Ligugé)

Carte postale

Maison de J.-K. Huysmans, Ligugé (Vienne), Belebeau phot, Poitiers, 8.8 x 13.8 cm, circulée, ap. 1903

Villa Notre-Dame (Ligugé)

Carte postale

Maison de J.-K. Huysmans, Ligugé (Vienne), 9 x 14 cm, non circulée, ap. 1903

Notre-Dame de la Treille (Lille)

Carte postale

Lille n° 18, Basilique N.-D. de la Treille – E. C. (en construction) – 1864 – Ch. Leroy, Architecte, 1er Maître de l’œuvre, Réduction à l’échelle de 2 mill. pour 1 m., exécutée par MM. Valbrun, décorateurs sous la direction de M. Paul Vilain, architecte 1912, Vve E. Cailteux-Garlier, Lille, 8.8 x 13.7 cm, circulée, ap. 1903

——— ——— ———

« Notre-Dame-de- la-Treille fut un peu une déception. Ces Lillois qui avaient cette très ancienne Vierge dans une chapelle d’église ont voulu bâtir des basiliques, comme Fourvière. Ils n’y sont pas parvenus et c’est dans un amas de charpentes que depuis des années la statue réside, en une chapelle seule terminée, et qui est un amas de dorures. » (Joris-Karl Huysmans, Lettre à Léon Leclaire, 24 septembre 1902)

Lourdes

Carte postale

Edit. de la ville Ste-Rose, Lourdes n° 49, L’entrée du Rosaire pendant la procession, Les Pyrénées, 8.8 x 14 cm, circulée, ap. 1903

——— ——— ———

« Contre-champ » d’une photographie de Philippe Viron :

Lourdes

Carte postale

Lourdes n° 96, Statue de Saint-Michel et de la Basilique – LL, 8.8 x 13.8 cm, circulée, ap. 1903

——— ——— ———

« Un saint Michel de bronze qui valse sans grâce sur le corps renversé d’un vague notaire déguisé en démon. » (Joris-Karl Huysmans, Les Foules de Lourdes (ch. III), 1906)

Château (Lourps)

Carte postale

Château de Lourps n° 947-7 Longueville, éditions Artistic, Paris, 8.8 x 14 cm, circulée, ap. 1903

——— ——— ———

« La curiosité d’un château dont il avait longtemps entendu parler, sans l’avoir vu, l’étreignit, durant une seconde ; il regarda. Les nuées guerroyantes du ciel s’étaient enfuies; au solennel fracas du couchant en feu, avait succédé le morne silence d’un firmament de cendre ; çà et là, pourtant, des braises mal consumées rougeoyaient dans la fumée des nuages et éclairaient le château par derrière, rejetant l’arête rogue du toit, les hauts corps de cheminée, deux tours coiffées de bonnets en éteignoir, l’une carrée et l’autre ronde. Ainsi éclairé, le château semblait une ruine calcinée, derrière laquelle un incendie mal éteint couvait. Fatalement, Jacques se rappela les histoires débitées par le paysan qui lui avait indiqué sa route. Le chemin en lacet qu’il avait parcouru s’appelait le chemin du Feu parce que jadis il avait été tracé, à travers champs, la nuit, par le piétinement de tout le village de Jutigny qui courait au secours du château en flammes. » (Joris-Karl Huysmans, En rade (ch. I), 1887)

Eglise Saint-Menge (Lourps)

Carte postale

Longueville, ancienne église de Lourps, éditions A. Vernant, 8.8 x 13.8 cm, non circulée, ap. 1903

——— ——— ———

« Ah ! tout de même, le prêtre qui laissait dans un tel état d’abandon l’église où il célébrait des offices était un bien singulier prêtre ! il aurait pu du moins serrer ses pains azymes et ses vases, se disait Jacques. Il est vrai que Dieu résidait si peu dans cet endroit, car l’abbé gargotait les sacrements, bousculait sa messe, appelait son Seigneur en hâte et le congédiait, dès qu’il était venu, sans aucun retard. » (Joris-Karl Huysmans, En rade (ch. XI), 1887)

Hôtel de ville (Lübeck)

Carte postale

Lübeck, Rathaus, Hugo Meyer Kunstverlag Lübeck, 1909, 9.2 x 14.2, non circulée, ap. 1903

——— ——— ———

« Il était unique en son genre, ce monument. Je le voyais, en un effort de mémoire, si élégant et si saugrenu, si vieillot et si puéril ! il était haut comme une botte et dressait sur des galeries de cloître, si basses qu’un homme de haute taille pouvait à peine passer sous ses voûtes, une façade extravagante, chamarrée de blasons peints, surmontés d’ogives aveuglées par des murs, coupée de cinq tours minuscules, à bonnets pointus de cuivre vert, cinq tours arlequines, bâties avec des briques bleues, roses, vertes, brunes, mêlées çà et là à des briques noires qui avaient des reflets irisées de bulle ; tout cela chatoyant, malgré la patine de l’âge, et se profilant sur un ciel gris ; et cette incroyable façade se prolongeait en équerre, derrière un autre monument, au coin de la place, et elle était alors composée de trois nouvelles tours, coiffées de cornets verts, réunies entre elles par un mur de brique percé de trois grands trous ronds. C’était inutile, c’était improbable et c’était très bien. On eût dit, de cet hôtel de ville, d’un jouet héraldique, d’un château-fort pour bébé, d’un cloître pour nain. » (Joris-Karl Huysmans, Lübeck (in L’Echo de Paris), 19 octobre 1898)

Notre-Dame de Fourvière (Lyon)

Carte postale

Lyon, Notre-Dame de Fourvière n° 264, l’Abside, E. R., 8.9 x 13.9 cm, circulée, ap. 1903

——— ——— ———

« Je monte à Fourvières [sic], où j’ai été l’homme le plus heureux qui se puisse voir. Il me semblait que j’étais écouté et que la Mère allait se décider à vous guérir. C’est très curieux les impressions que j’eus dans ce sanctuaire. » (Joris-Karl Huysmans, lettre à l’abbé Gabriel Ferret, 17 juillet 1897)

Pantin

Carte postale

Pantin n° 1120, vue générale, E. M., E. Maleuh, phot. Edit, Paris, 8.5 x 13.5 cm, circulée, ap. 1903

——— ——— ———

« Puisque par le temps qui court, il n’existe plus de substance saine, puisque le vin qu’on boit et que la liberté qu’on proclame sont frelatés et dérisoires, puisqu’il faut enfin une singulière dose de bonne volonté pour croire que les classes dirigeantes sont respectables et que des madones apparaissent aux vachères dans des fonds de grottes, il ne me semble ni plus ridicule, ni plus fou de demander à mon prochain une somme d’illusion à peine équivalente à celle qu’il dépense, dans un but bourgeois et mystique, chaque jour, pour se figurer que la ville de Pantin est une Nice artificielle, une Menton factice. » (Joris-Karl Huysmans, Pantin (in La Revue littéraire et artistique), 15 septembre 1881)

Abbaye-aux-Bois (Paris)

Carte postale

16 rue de Sèvres, Paris, cour d’entrée, Signi-bromure, A. Breger frères, 9 rue Thénard, Paris, déposé, 9 x 13.8 cm, non circulée, ap. 1903

——— ——— ———

« Menacée d’un autre côté par l’agrandissement commencé de la Croix-Rouge, l’abbaye aux Bois verra disparaître, en sus de ses jardins, les deux ailes qui bordent sa cour, et il ne lui restera que sa façade du fond et peut-être sa vieille et dévote chapelle. » (Joris-Karl Huysmans, La Vierge noire de Paris (in De Tout), 1902)

Abbaye-aux-Bois (Paris)

Carte postale

16 rue de Sèvres, Paris, Chapelle des Enfants de Marie, Signi-bromure, A. Breger frères, 9 rue Thénard, Paris, déposé, 9 x 13.8 cm, non circulée, ap. 1903, 8.7 x 13.6 cm, non circulée, ap. 1903

——— ——— ———

« Si cette abbaye (…) est intéressante [c’est] surtout par la présence, au-dessus de l’autel, d’une ancienne petite Vierge bleue, bénite par saint François de Sales, et si jeune et si joliment gamine, sous son air sérieux, qu’Elle étonne » (Joris-Karl Huysmans, La Vierge noire de Paris (in De Tout), 1902)

Chapelle des Bénédictines (Paris)

Carte postale

Paris, Chapelle des Bénédictines de St-Louis du Temple, 8.8 x 13.5 cm, circulée, ap. 1903

——— ——— ———

 « Durtal qui se savait en retard se précipita dans la cour des bénédictines, gravit, quatre à quatre, le perron de la petite église et poussa la porte. Il demeura hésitant sur le seuil, ébloui par le brasier de cette chapelle en feu. Partout des lampes étaient allumées et, au-dessus des têtes, l’autel flamboyait dans sa futaie incendiée de cierges. » (Joris-Karl Huysmans, En Route (1ère partie, ch. VIII), 1895)

Chapelle des Bénédictines (Paris)

Carte postale

Bénédictines, 20 rue Monsieur, cloître, Levy et Neurdein réunis, 44 rue Letellier, Paris, 8.8 x 13.8 cm, non circulée, ap. 1903

——— ——— ———

« Le fait est qu’elle [la chapelle de la rue Monsieur]  réunissait toutes les conditions qu’il pouvait souhaiter ; située dans une rue solitaire, elle était d’une intimité pénétrante ; l’architecte qui l’avait construite n’avait rien innové et rien tenté ; il l’avait bâtie dans le style gothique, sans y ajouter aucune fantaisie de son cru. » (Joris-Karl Huysmans, En Route (1ère partie, ch. VII), 1895)

Chapelle des Bénédictines (Paris)

Carte postale

Monastère des Bénédictines, 20 rue Monsieur, Paris – Cloître et façade est, 9.2 x 13.8 cm, circulée, ap. 1903

——— ——— ———

« – Pourquoi n’iriez-vous pas près de nos amies, les Bénédictines de la rue Monsieur. Elles ont grand’-messe et Vêpres chantées, chaque jour ; ce sont de saintes filles ; vous pourriez dans leur sanctuaire suivre vos offices. » (Joris-Karl Huysmans, L’Oblat (ch. XIV), 1903)

Chapelle des Bénédictines (Paris)

Carte postale

Bénédictines, 20 rue Monsieur – sanctuaire, Levy et Neurdein, 9.7 x 14 cm, Paris, non circulée, ap. 1903

——— ——— ———

« A Paris (…), c’est le tohu-bohu le plus bruyant. Il restait un endroit silencieux et propice – le petit couvent de la rue Monsieur. Je l’ai gâté ! – la chapelle est maintenant pleine ; depuis En Route, c’est devenu chic. Si j’y avais attiré de pauvres gens, de braves femmes du peuple, ce serait bien, mais non, ce sont des dames en toilette ! – Les braves nonnes doivent se demander comment maintenant leurs offices sont suivis et, à la messe du dimanche, la chapelle pleine. » (Joris-Karl Huysmans, Lettre à Dom Besse, 24 avril 1895)

La Bièvre (Paris)

Carte postale

Paris, la Bièvre – ruelle des Gobelins, C. M., 9 x 14 cm, non circulée, ap. 1903

——— ——— ———

« La rue des Gobelins aboutit à une passerelle bordée de palissades ; cette passerelle enjambe la Bièvre, qui s’enfonce d’un côté sous les boulevards Arago et de Port-Royal, et de l’autre longe la ruelle des Gobelins qui est, à coup sûr, le plus surprenant coin que le Paris contemporain recèle.

C’est une allée de guingois, bâtie, à gauche, de maisons qui lézardent, bombent et cahotent. Aucun alignement, mais un amas de tuyaux et de gargouilles, de ventres gonflés et de toits fous. Les croisées grillées bambochent ; des morceaux de sac et des lambeaux de bâche remplacent les carreaux perdus ; des briques bouchent d’anciennes portes, des Y rouillés de fer retiennent les murs que côtoie la Bièvre.

(…)

Symbole de la misérable condition des femmes attirées dans le guet-apens des villes, la Bièvre n’est-elle pas aussi l’emblématique image de ces races abbatiales, de ces vieilles familles, de ces castes de dignitaires qui sont peu à peu tombées et qui ont fini, de chutes en chutes, par s’interner dans l’inavouable boue d’un fructueux commerce ? » (Joris-Karl Huysmans, La Bièvre, 1890)

Chapelle des Carmélites (Paris)

Carte postale

Chapelle de l’ancien couvent des Carmélites, 26 avenue de Saxe, 9 x 14 cm, circulée, av. 1903

——— ——— ———

« Au fond, se dressait, dans l’ombre, le maître-autel, surélevé de six marches. » (Joris-Karl Huysmans, En Route (1ère partie, ch. IV), 1895)

Champs-Elysées (Paris)

Carte postale

Paris vécu, L’Avenue des Champs-Elysées, les promeneurs, L.J. & C*, édit, Angoulême, Paris, 164, édité par Cedoci, 36 avenue du 1er mai, 91120 Palaiseau, [réédition], 9 x 13.9 cm, non circulée, ap. 1903

——— ——— ———

« Une après-midi, il se décida pourtant à la traîner aux Champs-Élysées. Il la fit asseoir dans la poussière sur une chaise, le dos tourné à la chaussée, et ils regardèrent cette tiolée de nigauds qui s’ébattent dans des habits neufs, de la place de la Concorde au Cirque d’Été. Il eut des écœurements à voir houler ce troupeau de bêtes. » (Joris-Karl Huysmans, Les Sœurs Vatard (ch. XVI), 1879)

Rue des Chantres (Paris)

Carte postale

Rue des chantres, 8.8 x 13.8 cm, non circulée, ap. 1903

——— ——— ———

« Les rues des Ursins et des Chantres. Celles-là vivent loin des intruses, entre elles. La rue des Chantres, ainsi qualifiée au XVIe siècle, parce que le manécanterie de la cathédrale y residait, semble ignorer que tout un Paris moderne existe. Elle descend tranquillement, sans que jamais un chat y passe, vers la Seine, entre deux rangs de murs qui sont des dos de bâtisses percés, à gauche, de lucarnes à barreaux de fer ; à droite, de hautes fenêtres ouvertes presque au ras du sol, et derrière lesquelles l’on aperçoit, dans l’ombre, de probables cartonniers et de possibles tables. Une seule porte se montre sur cette voie, près du quai, celle d’un hôtel sinistre dit des Deux-Lions, et ce garni flanqué d’un mannezingue, tiendrait, si nous en croyons Lefeuve, la place de l’immeuble qu’habitèrent Héloise et Abailard. » (Joris-Karl Huysmans, Le Quartier Notre-Dame (in l’Almanach du Bibliophile), 1899)

Palais Royal et Conseil d’Etat (Paris)

Carte postale

Palais-Royal et Conseil d’Etat, 8.9 x 13.9 cm, non circulée, av. 1903

——— ——— ———

« Jamais monument plus laid ne fut élevé. C’était poncif, pompier, coco, buffet, patriarche, chaufferette, tout ce que l’on voudra ; cette bâtisse puait le grec, le romain, le premier Empire, toutes les senteurs d’architecture les plus nauséeuses et les plus fades. » (Joris-Karl Huysmans, Certains, 1889)

Chemin de la Fontaine à Mulard (Paris)

Carte postale

Rue de la Fontaine à Mulard, n° 25, au fond se trouvait autrefois la fontaine qui a donné son nom à cette voie, coll. Du vieux Paris artistique et pittoresque, 8.9 x 14 cm, non circulée, ap. 1903

——— ——— ———

« Le chemin de la Fontaine à Mulard qui enlace toute une lande engorgée de mâchefer et de plâtras, bossuée par des bourrelets et des culs de pots de fleurs, semée, çà et là de fruits pourris et mangés de mouches, de cendre et de flaques, empuantie par les entrailles mouillées des paillasses et les amoncellements d’ordures qui se tassent longuement dans la bouillie des fanges, (…) où toute une population de gosses fermente aux fenêtres pavoisées de linge sale. » (Joris-Karl Huysmans, La Bièvre (in Croquis parisiens), 1880)

Quartier des Gobelins (Paris)

Carte postale

Bras gauche de la Bièvre à l’Ile des Singes, au fond la tannerie des Singes, quarties [sic] des Gobelins, Vieux Paris artistique et pittoresque, Cartes d’autrefois, impressions Edito, 9 x 13.5 cm, non circulée, ap. 1903

——— ——— ———

« On se croirait très loin de Paris dans cet espace compris entre la ruelle des Gobelins, la rue Croulebarbe, la rue Corvisart et la rue des Cordelières, si la Bièvre, qui coule à deux pas, n’encensait le site de son odeur stridente d’alcali volatil et de tan. Elle sépare, à gauche et à droite, les usines et les séchoirs des peaussiers et des chamoiseurs du jardin des Gobelins dont les bords sont plantés de salades et de légumes que les tapissiers cultivent. » (Joris-Karl Huysmans, La Bièvre, Les Gobelins, Saint-Séverin, 1901)

Bar-restaurant le Journal (Paris)

Carte postale

L’Hôtel du Journal, 100, rue Richelieu, Paris, carte offerte gratuitement par le Journal, 8-10-12 pages, 9.5 x 14.1 cm, circulée, ap. 1903

——— ——— ———

« Le mercredi 23 juin 1926, sur l’invitation de M. Lucien Descaves exécuteur testamentaire de J.-K. Huysmans, quelques amis et admirateurs de Huysmans se sont réunis pour déjeuner à midi et demi au bar-restaurant du « Journal », 100 rue de Richelieu, « afin de constituer le noyau d’une Société Littéraire durable, destinée à faire respecter les dernières volontés de Huysmans, lorsque ses héritiers et son exécuteur testamentaire auront disparu. Assistaient à ce déjeuner : MM. Lucien Descaves, Georges le Cardonnel, Léon Deffoux, Pierre Dufay, René Dumesnil, Pierre Galichet, Pierre Lièvre, Pol Neveux, André Thérive et Emile Zavie » (Archives de la Société Huysmans)

Rue Lecourbe (Paris)

Carte postale

Paris (XVe) n° 15, rue Lecourbe, ed. Supernant, 8.8 x 14 cm, circulée, ap. 1903

——— ——— ———

« La rue de Sèvres allait en s’évasant (…) puis, devenue rue Lecourbe, elle se coulait, flanquée à chaque angle d’une bibine énorme, en une large traîne de bâtisses noires. Le quartier s’attristait à mesure qu’il montait vers les remparts. Cette rue grouillante, ces boulevards désertés qui la prenaient en écharpe et fuyaient à perte de vue, cette population qui fermentait sur la chaussée, les femmes sortant d’essuyer les plâtres en sueur des corridors, les hommes fumant des têtes de sultanes et se prélassant, les mains dans les poches, les enfants se frottant à l’écorche-cul dans l’eau des ruisseaux, criaient la détresse lamentable des anciennes banlieues, la désolation sans fin des paies écornées par les pochardises et achevées par les maladies ! » (Joris-Karl Huysmans, Les Sœurs Vatard, 1879)

Jardins du Luxembourg (Paris)

Carte postale

Paris n° 241, Les Jardins du Luxembourg, The Luxembourg Garden, Imp. Phot. « l’abeille », Paris, 9 x 13.9 cm, circulée, ap. 1903

——— ——— ———

« Il se décidait à aller se promener, à errer dans le jardin du Luxembourg qui n’était pas éloigné de la rue de Vaugirard où il habitait. Mais ces pelouses soigneusement peignées, sans tache de terre ni d’eau, comme repeintes et vernies, chaque matin, dès l’aube ; ces fleurs remontées comme à neuf sur les fils de fer de leurs tiges; ces arbres gros comme des cannes, toute cette fausse campagne, plantée de statues imbéciles, ne l’égayait guère » (Joris-Karl Huysmans, La Retraite de monsieur Bougran, 1964)

Place Maubert (Paris)

Carte postale

Statue d’Etienne Dolet, brûlé comme hérétique sur la place Maubert, Paris le…, éditeur P.S. à D., Erika 371, P. M. phot., reproduction interdite, 9 x 14 cm, non circulée, av. 1903

——— ——— ———

« Sur la place Maubert, la Maub, ainsi que l’appellent ses malandrins (…) au lieu de l’ancien pilori, se dresse maintenant la ridicule statue d’un glorieux bardache, le libraire philosophe Dolet. » (Joris-Karl Huysmans, Le Quartier Saint-Séverin (in La Bièvre et Saint-Séverin), 1898)

Parc Monceau (Paris)

Carte postale

Paris n° 966, enfants au Parc Monceau, L. L., 8.9 x 13.9 cm, circulée, ap. 1903

——— ——— ———

« Les rejetons de la classe bourgeoise courent dans les allées, tapant des cerceaux, frappant des balles, puis généralement, ils tombent le nez par terre, et restent là, les quatre fers en l’air, en poussant des piaillements aigres. C’est alors que la patience de l’institutrice anglaise est mise à dure épreuve. Elle relève le mioche, époussette sa robe dont les choux sont remplis de sable, essuie sa culotte aux genoux, lui fait rentrer ses larmes, le console et le mouche. » (Joris-Karl Huysmans, Le parc Monceau (in La Vie moderne), 25 juin 1881)

Cathédrale Notre-Dame (Paris)

Carte postale

Paris n° 96, Notre-Dame (façade), B.F. Paris, 8.9 x 13.9 cm, circulée, av .1903

——— ——— ———

« Examinons celles [les tours] de Notre-Dame de Paris ; elles sont mastoques et sombres, presque éléphantes ; fendues dans presque toute leur longueur, de pénibles baies, elles se hissent avec lenteur et pesamment s’arrêtent ; elles paraissent accablées par le poids des péchés, retenues par le vice de la ville au sol ; l’effort de leur ascension se sent et la tristesse vient à contempler ces masses captives que navre encore la couleur désolée des abat-son. » (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale (Ch. VI), 1898)

Eglise Notre-Dame-des-Victoires (Paris)

Carte postale

Paris, Eglise N.-D. des Victoires, n° 154, 9 x 13.9 cm, non circulée, ap. 1903

——— ——— ———

« Elle est laide à faire pleurer, elle est prétentieuse, elle est baroque et ses chantres y barattent une margarine de sons vraiment rances ! (…) Notre-Dame des Victoires est, au point de vue esthétique, nulle, et j’y suis allé quelquefois pourtant, parce que, seule, à Paris, elle possède l’irrésistible attrait d’une piété sûre, parce que, seule, elle conserve intacte l’âme perdue des temps. » (Joris-Karl Huysmans, En Route (1ère partie, ch. V), 1895)

Restaurant La Petite Chaise (Paris)

Carte postale

Auberge « A la petite Chaise » date de 1681, 36 rue de Grenelle n° 40, 8.8 x 13.8 cm, circulée, ap. 1903

——— ——— ———

«  Ayant déjeuné de fort bonne heure rue de Grenelle, au restaurant de la Petite-Chaise, où il [Joris-Karl Huysmans] était gâté » (Martial de Pradelle de Lamase, Le sous-chef J.-K. Huysmans (in Mercure de France), 15 octobre 1933)

« Le seul restaurant de Paris où l’on ne fût pas inéluctablement et tout de suite empoisonné. » (Joris-Karl Huysmans cité par Pierre de Pressac dans Huysmans chez lui, Nouvelles littéraires et artistiques, 14 mai 1927)

Le Point-du-Jour (Paris)

Carte postale

Le point du jour n° 104, Paris, 8.8 x 13.7 cm, non circulée, av. 1903

——— ——— ———

« Cette atmosphère que dégage la banlieue se change en une distraction et un repos auxquels se mêle la turbulence des enfants lâchés, grisés par un peu d’air. Parmi ces lieux de rendez-vous où la gaieté des pauvres gens éclate, le Point-du-Jour est un des plus fréquentés. Les facilités peu dispendieuses des bateaux-mouches aident à la vogue de cet endroit, que les affûts de la police en quête de bonneteaux n’ont pu tarer. » (Joris-Karl Huysmans, Autour des fortifications (in La Revue illustrée), 1er et 15 janvier 1886)

Eglise Saint-Germain de l’Auxerrois (Paris)

Carte postale

Eglise Saint-Germain-l’Auxerrois, Paris, n° 86, 9 x 14 cm, circulée, av. 1903

——— ——— ———

« Ce pauvre Saint-Germain-l’Auxerrois, si désert et si pauvre, quand l’on songe qu’il fut jadis l’un des sanctuaires les plus opulents et les plus renommés de Paris ! » (Joris-Karl Huysmans, Saint-Germain de l’Auxerrois in « Le Tour de France » n° 8, 15 janvier 1905)

Eglise Saint-Germain-des-Prés (Paris)

Carte postale

Eglise abbatiale de Saint-Germain des Prés (XIIè), statue de Notre-Dame la Blanche (XIIIè siècle). Aujourd’hui Notre-Dame des Consolations, ed. Ch. W., véritable photo au bromure, reprod. Interdite, 10.5 x 14.6 cm, non circulée, ap. 1903

——— ——— ———

« Saint-Germain-des-Prés est la basilique de Paris qui est la plus remplie de souvenirs pour nous [L’ordre bénédictin]. Outre qu’elle fut l’abbatiale du monastère, elle recèle maintenant Notre-Dame la blanche, consolatrice des affligés. Sa statue, située à droite de la grande porte d’entrée, fut offerte, au quatorzième siècle, à notre abbaye de saint Denys par la reine Jeanne d’Evreux et, après avoir séjourné pendant la révolution au musée des petits Augustins, elle est revenue se fixer à Saint-Germain-des-Prés, dans une ancienne église de notre observance. Elle est donc une relique Bénédictine, bien oubliée, hélas ! Car personne, même dans nos cloîtres, ne la connaît. » (Joris-Karl Huysmans, L’Oblat (ch. XV), 1903)

Eglise Saint-Séverin (Paris)

Carte postale

Paris (8e) Eglise Saint-Séverin n° 581, 9 x 13.7 cm, non circulée, ap. 1903

——— ——— ———

« Là, sans même prier, il sentait glisser en lui une langueur plaintive, un discret malaise ; Saint-Séverin le ravissait, l’aidait mieux que les autres à se suggérer, certains jours, une indéfinissable impression d’allégresse et de pitié, quelquefois même, alors qu’il songeait à la voirie de ses sens, à se natter l’âme de regrets et d’effroi. » (Joris-Karl Huysmans, En Route (1ère partie, ch. II), 1895)

Eglise Saint-Séverin (Paris)

Carte postale

Saint-Séverin (Paris) – La grande nef, n° 9, Anciens établissements Le Deley, Paris, 8.8 x 13.7 cm, non circulée, ap. 1903

——— ——— ———

« C’est sous sa nef que l’Immaculée-Conception fut vénérée six siècles avant qu’elle ne fût déclarée dogme de foi par l’Église. Saint-Séverin avait donc devancé, et de combien d’années ! le culte révélé de Lourdes. » (Joris-Karl Huysmans, La Bièvre, Les Gobelins, Saint-Séverin, 1901)

Eglise Saint-Séverin (Paris)

Carte postale

Eglise Saint-Séverin, Paris n° 10, la Palmarium, 9.5 x 14.5 cm,  non circulée, ap. 1903

——— ——— ———

« Là, il s’installait derrière le maître-autel, dans cette mélancolique et délicate abside plantée, ainsi qu’un jardin d’hiver, de bois rares et un peu fous. On eût dit d’un berceau pétrifié de très vieux arbres tout en fleurs, mais défeuillés, de ces futaies de piliers carrés ou taillés à larges pans, creusés d’entailles régulières près de leurs bases, côtelés sur leurs parcours comme des pieds de rhubarbe, cannelés comme des céleris. » (Joris-Karl Huysmans, En Route (1ère partie, ch. II), 1895)

Rue Suger (Paris)

Carte postale

Paris, Rue Suger, 9 x 13.7 cm, non circulée, ap. 1903

——— ——— ———

« La maison natale du maître — porche bas et cour humide, écrit Foiret dans son essai sur les domiciles de Huysmans — portait en effet le n°. 11 (devenu n°. 9) de la rue Suger, Nous y souhaiterions une plaque*. » (M.-C. Poinsot et G.-U Langé, Les logis de Huysmans, 1919)

* Une plaque sera finalement apposée le 20 juin 1954

Eglise Saint-Sulpice (Paris)

Carte postale

Paris, Saint-Sulpice n° 89, 8.8 x 13.8 cm, circulée, av. 1903

——— ——— ———

« Il lui semblait qu’à Saint-Sulpice, la grâce se mêlait aux éloquentes splendeurs des liturgies et que des appels passaient pour lui dans l’obscure affliction des voix ; aussi éprouvait-il une reconnaissance toute filiale pour cette église où il avait vécu de si douces et de si dolentes heures ! » ((Joris-Karl Huysmans, En Route (1ère partie, ch. II), 1895)

Eglise Saint-Sulpice (Paris)

Carte postale

Paris, L’Eglise Saint-Sulpice n° 105, 8.8 x 13.8 cm, non circulée, av. 1903

——— ——— ———

« Et ils se sont mis cinq ou six architectes pour ériger cet indigent amas de pierres ! (…) Saint-Sulpice, ce n’est pas, en effet, une église, c’est une gare. » (Joris-Karl Huysmans, Là-Bas (ch. XVII), 1891)

Eglise Saint-Sulpice (Paris)

Carte postale

Paris, Eglise Saint-Sulpice n° 603 – La Chapelle de la Vierge, C. M., 9 x 13.7 cm, non circulée, ap. 1903

——— ——— ———

« Il s’installa dans la chapelle de la Vierge qui était presque vide à cette heure. Il ne se sentait aucun désir de prier, restait là, regardant cette grande rotonde de marbre et d’or, cette scène de théâtre où, seule éclairée, la Vierge s’avance au-devant des fidèles comme du fond d’un décor de grotte, sur des nuées de plâtre. » (Joris-Karl Huysmans, En Route (1ère partie, ch. V), 1895)

Tour Dagobert (Paris)

Carte Postale

Paris historique n° 92, tour carrée dite du roi Dagobert, 18 rue chanoinesse, L. J. & Cie, édit., Angoulême-Paris, 9 x 14 cm, circulée, ap. 1903

——— ——— ———

« La rue Chanoinesse (…). Le 18 et le 20, qui ne formèrent jadis qu’un seul hôtel, recèlent le monument le plus étrange de tous, la tour de Dagobert. Il est peu probable que ce roi y ait habité et qu’elle ait même été construite sous son règne, mais elle n’en est pas moins bizarre ; et l’on est transporté bien loin de notre temps, lorsque, après avoir traversé une vieille cour convertie en une sorte de hangar et parcouru d’obscurs couloirs formés par les haies de calorifères empilés les uns par-dessus les autres, l’on grimpe son escalier en vrille dont la tige de chêne s’élance d’un jet, en tournoyant sur elle-même, du bas de la tour jusqu’à sa cime. L’on monte dans l’ombre et, peu à peu, les marches s’éclairent ; des pièces massives s’ouvrent de tous les côtés, des pièces aux murs énormes, au sol carrelé, au plafond dénudé, rayé par des saillies brunes de poutres, et finalement l’on aboutit en plein air, par une vague échauguette, sur une plate-forme de zinc. » (Joris-Karl Huysmans, Le Quartier Notre-Dame (in L’Almanach du bibliophile), 1899)

Tour Eiffel (Paris)

Carte postale

Paris, la Tour Eiffel, 9 x 14 cm, non circulée, ap. 1903

——— ——— ———

« En une touchante unanimité, sans doute acquise, la presse entière, à plat ventre, exalte le génie de M. Eiffel.

Et cependant sa tour ressemble à un tuyau d’usine en construction, à une carcasse qui attend d’être remplie par des pierres de taille ou des briques. On ne peut se figurer que ce grillage infundibuliforme soit achevé, que ce suppositoire solitaire et criblé de trous restera tel.

Cette allure d’échafaudage, cette attitude interrompue, assignées à un édifice maintenant complet révèlent un insens absolu de l’art. Que penser d’ailleurs du ferronnier qui fit badigeonner son œuvre avec du bronze Barbedienne, qui la fit comme tremper dans du jus refroidi, de viande ? — C’est en effet la couleur du veau « en Bellevue » des restaurants ; c’est la gelée sous laquelle apparaît, ainsi qu’au premier étage de la tour, la dégoûtante teinte de la graisse jaune. (…)

L’on doit se demander enfin quelle est la raison d’être de cette tour. Si on la considère, seule, isolée des autres édifices, distraite du palais qu’elle précède, elle ne présente aucun sens, elle est absurde. Si, au contraire, on l’observe, comme faisant partie d’un tout, comme appartenant à l’ensemble des constructions érigées dans le Champ de Mars, l’on peut conjecturer qu’elle est le clocher de la nouvelle église dans laquelle se célèbre, ainsi que je l’ai dit plus haut, le service divin de la haute Banque. Elle serait alors le beffroi, séparé, de même qu’à la cathédrale d’Utrecht, par une vaste place, du transept et du chœur.

Dans ce cas, sa matière de coffre-fort, sa couleur de daube, sa structure de tuyau d’usine, sa forme de puits à pétrole, son ossature de grande drague pouvant extraire les boues aurifères des Bourses, s’expliqueraient. Elle serait la flèche de Notre-Dame de la Brocante, la flèche privée de cloches, mais armée d’un canon qui annonce l’ouverture et la fin des offices, qui convie les fidèles aux messes de la finance, aux vêpres de l’agio, d’un canon, qui sonne, avec ses volées de poudre, les fêtes liturgiques du Capital ! Elle serait, ainsi que la galerie du dôme monumental qu’elle complète, l’emblème d’une époque dominée par la passion du gain ; mais l’inconscient architecte qui l’éleva n’a pas su trouver le style féroce et cauteleux, le caractère démoniaque, que cette parabole exige. Vraiment ce pylône à grilles ferait prendre en haine le métal qui se laisse pâtisser en de telles œuvres si, dans le prodigieux vaisseau du palais des machines, son incomparable puissance n’éclatait point. » (Joris-Karl Huysmans, Le Fer (in Certains), 1889)

Abbaye (Saint-Wandrille)

Carte postale

Abbaye de Saint-Wandrille n° 54, le cloître, L.L., Levy et Neurdein réunis, 44 rue Letellier, Paris imp., 9 x 13.7 cm, non circulée, ap. 1903

——— ——— ———

« J’ai toujours conservé un très doux souvenir de Saint-Wandrille et si jamais je revais [sic] en Normandie, je ferai, au besoin, un long détour pour vous y aller voir, comme vous m’y conviez si aimablement. » (Joris-Karl Huysmans, lettre à Dom Pothier, 13 mars 1898)

Abbaye (Saint-Wandrille)

Carte postale

Abbaye de Saint-Wandrille n° 44, clef de voute, L.L., Levy et Neurdein réunis, 44 rue Letellier, Paris imp., 9 x 13.7 cm, non circulée, ap. 1903

——— ——— ———

« Je vous remercie de l’envoi de la photographie de votre curieuse rosace. – Quant à la déchiffrer point ne m’en charge, car elle me paraît singulièrement compliquée ; mais elle est vraiment bien intéressante. » (Joris-Karl Huysmans, lettre à Dom Pothier, 13 mars 1898)

Abbaye (Saint-Wandrille)

Carte postale

Abbaye de Saint-Wandrille n° 33, le réfectoire, L.L., Levy et Neurdein réunis, 44 rue Letellier, Paris imp., 9 x 13.7 cm, non circulée, ap. 1903

Abbaye (Saint-Wandrille)

Carte postale

Saint-Wandrille n° 19, l’abbaye, porte de la Vierge et statue (XIVè siècle), Levy et Neurdein, 44 rue Letelllier, Paris imp., 8.8 x 13.7 cm, non circulée, ap. 1903

Abbaye (Saint-Wandrille)

Carte postale

Abbaye de Saint-Wandrille (Seine Inférieure) n° 11, galerie du cloître, lavabo, ND phot., 9 x 13.7 cm, non circulée, ap. 1903

Abbaye (Saint-Wandrille)

Carte postale

Abbaye de Saint-Wandrille n° 3, porte monumentale du XVIIè siècle, collection ND phot., établissements photographiques de Neurdein frères, Paris, 9 x 13.7 cm, non circulée, ap. 1903

Abbaye Saint-Pierre (Solesmes)

Carte postale

L’abbaye St-Pierre de Solesmes vue du pont de la Sarthe n° 5, J. Malicot, phot., Sablé, tous droits réservés, 8,8 x 13,7 cm, non circulée, ap. 1903

——— ——— ———

« Ce n’est pas du tout à Solesmes que je finirai mes jours ; je ne m’y sens nullement porté. » (Joris-Karl Huysmans, lettre à l’abbé Gabriel Ferret, 28 juillet 1897)

Château (Tiffauges)

Carte postale

——— ——— ———

Ramuntches, Chateaux de Poitou, Tiffauges (Vendée), Crypte de la Chapelle du Château, (…) l’on y voit les restes de l’autel où Gilles de Rais faisait offrir de sanglants sacrifices en l’honneur du démon éditions artistiques Raymond Bergevin, la Rochelle, 16388, 8.8 x 13.8 cm, non circulée, ap. 1903

Ruines du château (Tiffauges)

Carte postale

Tiffauges (Vendée) n° 109, Vue d’ensemble des ruines du château de Barbe-Bleue, lib.Jehly-Poupin, Montagne, 8.8 x 13.5 cm, non circulée, ap. 1903

——— ——— ———

« Il commença de vivre dans le pacifiant mépris des alentours, s’organisa une existence loin du brouhaha des lettres, se cloîtra mentalement, pour tout dire, dans le château de Tiffauges auprès de Barbe-Bleue et il vécut en parfait accord, presque en coquetterie, avec ce monstre. » (Joris-Karl Huysmans, Là-Bas (ch. II), 1891)

Vénus de Médicis (Versailles)

Carte postale

Versailles n° 20, Le Parc. Tapis Vert. Vénus de Médicis. E.L.D., 9 x 13.9 cm, circulée, ap. 1903

——— ——— ———

« Dire que des générations entières d’artistes vont acheter des réductions de la Vénus de Médicis, une bégueule qui a une tête d’épingle sur un torse de lutteuse de foire ! Quelque chose de propre que cette dondon qui profite de ce qu’elle a des bras pour se cacher le ventre ! La Vénus que j’admire, moi, la Vénus que j’adore à genoux comme le type de la beauté moderne, c’est la fille qui batifole dans la rue, l’ouvrière en manteaux et en robes, la modiste, au teint mat, aux yeux polissons, pleins de lueurs nacrées, le trottin, le petit trognon pâle, au nez un peu canaille, dont les seins branlent sur des hanches qui bougent ! » (Joris-Karl Huysmans, En Ménage (ch. V), 1881)

Chez le coiffeur (divers)

Carte postale

Chez le Coiffeur, on soigne ses clients, phototypie, A. Bergeret & Cie, Nancy, 8.8 x 13.8 cm, non circulée, av. 1903

——— ——— ———

« L’on s’assied devant une psyché d’acajou qui contient sur sa plaque de marbre des lotions en fioles, des boîtes à poudre de riz en verre bleu, des brosses à tête aux crins gras, des peignes acérés et chevelus, un pot de pommade ouvert et montrant la marque d’un index imprimé dans de la pâte jaune.

Alors l’exorbitant supplice commence. Le corps enveloppé d’un peignoir, une serviette tassée en bourrelet entre la chair du cou et le col de la chemise, sentant poindre aux tempes la petite sueur de l’étouffement. » (Joris-Karl Huysmans, Le Coiffeur (in La Revue moderniste), 1er décembre 1884)

Conducteur d’omnibus (divers)

Carte postale

Conducteur d’omnibus, KF éditeurs à Arte, Paris, 9 x 14.3 cm, circulée, av. 1903

——— ——— ———

« Le conducteur fouille dans son escarcelle et rend la monnaie à l’énorme dondon qui déborde de la banquette, puis il escalade le toit de l’omnibus où, tassés sur du bois, des corps d’hommes assis s’agitent péniblement derrière le dos d’un cocher dont le fouet claque. Appuyé sur la rampe de l’impériale, il touche ses trois sous et redescend puis s’assied sur un petit banc mobile qui barre l’entrée de la voiture. Plus rien à faire. (…)

A quoi peut-il songer alors que la carriole court de guingois toujours dans les mêmes ruisseaux, toujours dans les mêmes routes ? (…) Que de souvenirs de jeunesse, hein, conducteur ? te rappelles-tu tes jeunes années avant qu’un monsieur bien mis et l’abdomen ceint d’une écharpe, t’ait, au nom de la loi, uni par des liens indissolubles, à la tourmente de ta vie, à ta Mélanie de malheur ! ah ! tu as le temps de penser à cette gothon qui te bouscule, te fait manger froid et te traite de propre à rien et de feignant, si tu as bu le divin reginglat à coups plus pressés que de coutume ! » (Joris-Karl Huysmans, Le Conducteur d’omnibus (in Croquis parisiens), 1880)

Marchand de marrons (divers)

Carte postale

Les petits métiers de Paris n° 14, le marchand de marrons, C. M., n° 1411, « c’était la France » réédition de cartes postales anciennes, éditeur : Cecodi BP 49, Les Ulis, déposé Paris, reproduction interdite, [réédition], 8.9 x 14 cm, non circulée, ap. 1903

——— ——— ———

« Va, éreinte-toi, gèle, gèle, souffle sur les fumerons qui puent, aspire à pleine bouche la vapeur des cuissons, emplis-toi la gorge de cendre, trempe dans l’eau tes mains bouillies et tes doigts grillés, égoutte les châtaignes, écale les marrons, gonfle les sacs, vends ta marchandise aux enfants goulus, aux femmes attardées ; hue ! philosophe, hue ! entonne à tue-tête, jusqu’à la pleine nuit, au clair du gaz, sous le froid, ton refrain de misère : eh ! chauds, chauds, les marrons ! » (Joris-Karl Huysmans, Le Marchand de marrons (in Croquis parisiens), 1880)